Interview en exclusivité avec Naitali Mourad, fondateur de Sheffield Academy, et premier formateur de Snooker au Maroc !

0 3601

Le Snooker au Maroc est en quelque sorte la nouvelle tendance sportive de la plupart des jeunes marocains. Notamment de ceux de Casablanca, Rabat, Meknes et Tanger. Cependant, ce sport, aussi unique soit-il, n’a toujours pas eu le privilège d’être bien développé au Maroc, d’où le grand joueur professionnel de Snooker, Mourad NAITALI, a eu l’idée de lui fonder des racines, et d’arroser ses graines jusqu’à ce qu’elles poussent, et fleurissent.

rabaa

Purement homme a eu le grand plaisir d’interviewer Mourad, pour qu’il nous parle de son parcours professionnel, ses ambitions, son histoire, et surtout, ses projets d’avenir vis-à-vis le Snooker au Maroc.

– Monsieur Mourad, pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

Mourad NAITALI, 34 ans, ancien champion du Maroc de Snooker et propriétaire de la Sheffield Academy. Je suis titulaire d’un Bachelor ainsi que d’un master en commerce international que j’ai décroché en France en 2006. Depuis que j’ai fini mes études, et que j’ai regagné le Maroc d’une manière définitive, j’ai fait en sorte de concrétiser le béguin que j’avais pour le Snooker, cela en commençant les démarches pour fonder un établissement de Snooker avec mon frère Reda Naitali qui est désormais connu sous le nom de : Sheffield Academy.

©SEKKAT Mehdi ©SEKKAT Mehdi _MEH298222 février 201622 février 2016

– Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre histoire avec le Snooker ?

Bien sûr. J’ai commencé à m’y intéresser depuis 2004. J’avais un ami en France qui était propriétaire d’un Club, chez qui je jouais souvent. Et depuis, je me suis retrouvé sans pour autant l’avoir choisi, raide dingue de ce sport. Dès que je suis rentré au pays, j’ai eu ma première table de Snooker chez moi. Et dès lors, je n’ai jamais cessé de pratiquer jusqu’aujourd’hui.

– Qu’en est-il de votre parcours purement professionnel dans le Snooker ?

Alors là, même moi j’ai du mal à y croire, mais il faut avouer que j’avais tous laissé tomber rien que pour m’y mettre d’une façon diamétrale, notamment ma carrière professionnelle que j’étais supposé bâtir à travers mes études.
Depuis 2006, j’ai suivi le Snooker un peu partout dans le monde, particulièrement en Allemagne, France, la Chine et l’Angleterre, où j’ai reçu des formations de la part de plusieurs joueurs et coachs reconnus à l’échelle mondiale. Et c’est ce qui m’a maintenant favorisé d’être le premier et le seul formateur du Snooker au Maroc.
Je m’y suis investi au détriment de plusieurs choses importantes dans ma vie, ce qui n’était pas du tout facile pour moi au début. Mais avec beaucoup de volonté, Dieu merci, j’ai pu percer dans le domaine.

12896423_10209475845399919_1429005821_o

– Avez-vous déjà participé à de grands tournois mondiaux ?

Oui en effet, j’ai eu le grand privilège de participer au tournoi mondial qui a été organisé au Gibraltar l’année dernière. Et c’était une expérience qui m’a appris beaucoup de choses.
Bien avant d’y participer, je m’étais entraîné pendant 4 mois, chaque jour, de 7h du matin jusqu’en début d’après-midi, en compagnie de mon très cher ami et partenaire Mr Ouahidi Youssef. Et j’avais cru avoir atteint un bon niveau, parce que mise à part l’entraînement intensif que j’ai poursuivi, j’avais également 9 ans d’expérience dans les poches. Sauf qu’une fois que je me suis retrouvé sur le terrain avec les grandes têtes, et que j’avais vu à quel point ils sont presque parfait en matière de technique, tactique, les attaques, ainsi que les défenses. J’avais déduit qu’il me reste encore beaucoup de choses à apprendre. Mais j’avais surtout compris qu’ils ne sont pas aussi parfait que ça, et qu’ils ont atteint ce degré de perfectionnisme juste à travers un travail acharné. Ce qui fait qu’un jour ou l’autre, moi aussi je pourrai établir une performance dans un tournoi Ranking, et pourquoi pas, réussir à être classé dans la liste du Snooker World Rankings.

– Les questions les plus classiques qu’un joueur professionnel du Snooker entend souvent ! Quel est votre maximum break ? Et combien avez-vous fait de centuries ?

Haha, vous n’avez pas tort là-dessus. J’ai réalisé un break de 137, ce qui représente une fierté pour moi, vu que ce n’est pas donné à tout le monde d’en faire. Quant aux centuries, alors je dirai que j’en ai fait une bonne quinzaine.

©SEKKAT Mehdi 290210_10150345118471256_2128041962_o28 mars 2016

– Si vous auriez la chance de jouer contre un grand joueur quelques frames, lequel d’entre-eux choisiriez-vous ?

Je n’aurai pas besoin de penser pour répondre à cette question, bien évidemment le seul et l’unique, Ronnie O’Sullivan. Il s’agit définitivement du joueur dont je suis le plus fasciné, comme la plupart des marocains. Ce joueur hors pair est un génie. Je l’ai toujours considéré comme étant une source d’apprentissage parfaite, qui m’a toujours permise de progresser tout en ayant une flamme de motivation qui ne risque jamais de s’éteindre.

10994481_10152535164556256_1040639923641869970_o

– Après avoir regagné le Maroc, vous avez décidé de fonder Sheffield Academy. Racontez-nous un peu toutes les idées qui vous ont frôlées les pensées bien avant de mettre en œuvre ce projet aussi titanesque ? Et surtout, quels sont les objectifs et les raisons qui vous ont motivés pour donner naissance à cet établissement ?

Naturellement, comme toute personne souhaitant lancer un projet, j’ai connu beaucoup d’hésitation. Et pour être honnête avec vous, je n’étais pas sûr qu’il allait réussir à coup sûr. Il m’a fallu deux ans pour que je lui donne le jour. Et louange à Dieu, j’essaie de rester dans le droit chemin.
Concernant les objectifs ainsi que les raisons, je pense qu’ils sont clairs et nets. Je suis un passionné et amoureux de Snooker bien avant toute autre chose. Si nous avions pris la décision, Reda et moi, de fonder la Sheffield Academy qui est aujourd’hui un établissement familial et respecté, c’est surtout pour que le Snooker se développe au Maroc, et connaisse un très grand engouement. Je rêve de voir un jour un jeune joueur marocain, en train de faire tomber des boules dans un grand tournoi mondial, tel que le Welsh Open, World Grand Prix, The Masters, et pourquoi pas, the World Championship.
Donc Sheffield Academy a pour but de former les jeunes marocains pour qu’ils puissent un jour devenir de grands professionnels reconnus à l’échelle mondiale.

©SEKKAT Mehdi 558746_10150599675331256_1300724629_n28 mars 2016

– On a appris récemment que vous avez invité Ronnie O’Sullivan et Jimmy white pour un Show au cinéma Mégarama qui aura lieu le 9 Avril. Beaucoup de personnes ont eu du mal y croire, vu que c’est toute une première sur le sol africain. Alors on aimera bien savoir comment vous avez fait pour pouvoir invité ces grandes  » stars  » ?

Vous savez, cela pourrait probablement paraître facile à quelques personnes, vu que normalement, il suffirait juste de quelques appels pour fixer une rencontre. Sauf qu’en fait, il m’a fallu  » deux ans  » pour arranger cet événement. Il est vrai que ça fait des années que j’ai fait la rencontre de tous les grands joueurs, vu que je faisais tellement de va-et-vient en Angleterre, au point que la plupart d’entre-eux me connaissent par  » Mourad the Morrocan guy « . Mais pour parvenir à inviter The Rocket, et the whirlwind, je peux vous assurer que c’était vraiment la mer à boire.
Je les ai spécialement invités pour donner honneur à mon pays. Et pour encourager les jeunes marocains à forger dans la carrière du Snooker, s’ils se sentent vraiment capable de le faire.

12914874_10209475844639900_64407361_o

– Avez-vous l’intention d’organiser d’autres événements ? Et qui seront les prochains invités ?

Bien sûr que je compte organiser d’autres événements ! Ce n’est que le commencement d’ailleurs. Quant aux noms des prochains joueurs qui ne vont pas tarder à débarquer au Maroc, je préfère vous laisser en suspens.

Rédacteur en chef, Rabaa Yassine FAKRI.

NO COMMENTS

Leave a Reply

three × four =